Lettre ouverte aux préfets en soutien à Courtade

PHO3-263a6Grenoble, le 20 décembre 2018

Monsieur le Préfet de Région, Monsieur le Préfet de l’Isère,

Aujourd’hui, en France, environ 16 000 personnes vivent en situation de grande précarité dans environ 570 bidonvilles ou squats.
En Isère, sur la commune de Fontaine, plus de 50 personnes dont la moitié d’enfants, font l’objet d’une procédure d’expulsion en référé initiée par l’EPFL1, propriétaire du terrain sur lequel ces familles sont installées depuis 3 ans.
Nos associations, structures et collectifs vous interpellent aujourd’hui afin que soit appliquée sur le territoire de l’Isère l’instruction du 25 janvier 2018 qui vise à mettre fin aux expulsions à répétition et à permettre la résorption des bidonvilles dans le respect de leurs habitant.e.s, par un réel travail de soutien et d’accompagnement vers un logement digne.
Après « 25 ans de politiques coûteuses et inutiles d’expulsion des bidonvilles2 », l’instruction du 25 janvier 2018 vous invite « à dépasser une approche centrée sur les évacuations ». Cette instruction, constatant l’échec de la politique d’expulsions non accompagnées de solutions durables, reconnaît que des progrès significatifs ont été accomplis dans les territoires où des « actions concertées sur la durée, et visant clairement cet objectif de résorption » ont été mises en oeuvre.
Aujourd’hui, sur Fontaine, nous demandons que l’État et les différentes collectivités territoriales mobilisent les moyens nécessaires et adaptés pour assurer l’accès aux droits et le relogement de ces familles.

Nous vous demandons de ne procéder à aucune expulsion, une telle mesure ne pouvant que renforcer la précarisation des personnes concernées et conduire à la constitution de nouveaux bidonvilles, afin de travailler sur les solutions qui permettront aux habitant.e.s de ce bidonville – ainsi qu’à vous-mêmes et aux différentes collectivités publiques – d’en sortir « par le haut ».

Lire la suite

Publicités

Bonne année, et démerdez-vous !

Dès son arrivée à la présidence du Conseil départemental, Monsieur Barbier a donné le ton : sa première action a été de supprimer une subvention de 93000 euros au centre d’hébergement d’urgence du Rondeau, à Grenoble. Depuis, il n’a fait que réduire les crédits destinés à l’action sociale.

Vendredi 22 janvier, il invitait les associations à un spectacle au Summum pour leur présenter, ironiquement sans doute, ses meilleures vœux. Le tract suivant a été distribué à l’entrée (cliquer dessus pour lire le tract en entier) :

tract CDI 22-01-16

Une émission de radio contre le racisme, les frontières et les injustices sociales

Micro-ondeLe 8 novembre a eu lieu la première d’une nouvelle émission de radio : « Micro-onde, l’émission qui vous tient à contre-courant ». Elle sera diffusée en direct tous les premiers dimanches du mois de 12 à 14h sur News FM, 101.2. Elle a pour but de s’attaquer au racisme, aux frontières et aux injustices sociales, pour donner la parole à celles et ceux qui les subissent et à leurs soutiens, pour informer, pour comprendre, pour lutter.

Les deux premières émissions sont à (ré)écouter ici et ici, et la prochaine aura lieu le 3 janvier.

Bonus : on vous recommande vivement d’écouter (et de lire le texte) du morceau Tous les chemins mènent aux Roms de l’1consolable, qui évoque entre autres la tristement célèbre « manif de voisins » de Saint-Martin d’Hères en septembre passé.

 

Communiqué de presse de l’association Roms Action suite à l’évacuation du bidonville 120 toises le 29 octobre 2015

Roms Action déplore l’absence d’une prise en compte réelle des situations par les institutions qui décident et mettent en œuvre les évacuations et qui font le choix  de critères d’hébergement de plus en plus restrictifs qui ne s’appliquent que très rarement aux familles roms. Dans ces situations, l’absence de diagnostics sociaux et le manque de concertation et d’implication des acteurs publics et associatifs entrainent des ruptures et désengagements des familles qui mettent à mal leur accompagnement et leurs projets d’insertion. Comment continuer à s’investir pour la scolarisation des enfants lorsque l’on vit dans l’errance ? Comment les services du département peuvent-ils poursuivre une mesure de protection des enfants et de soutien à la parentalité entamée il y a plusieurs années, alors que cette famille avec ses quatre enfants se retrouve subitement à la rue ? Par cette politique d’évacuation, les autorités participent à l’aggravation de l’appauvrissement des ménages. Et il faut bien mesurer combien les recherches de nouvelles ressources pour se réinstaller les rendent encore plus vulnérables face aux risques d’exploitations ou de comportements délictueux…  Roms Action dénonce la volonté du Préfet de multiplier les évacuations sans solution en espérant que les familles décident un jour de retourner dans leur pays d’origine. Fortes d’une expérience d’une douzaine d’années, nos équipes peuvent  certifier de l’inscription durable de ces populations sur notre territoire et de leur absence de volonté de repartir.

Lire le communiqué complet sur le site de l’association

Réponse aux commentaires suite à la « manif de voisins » de Saint Martin d’Hères

Vers la mi septembre, deux articles publiés dans le Dauphiné Libéré ont attribué (à tort, d’ailleurs) des occupations de maisons à Saint Martin d’Hères à notre collectif.Rififi La 1ère maison, rue Romain Rolland, avait été squattée par une famille rom avec enfants à la rue, à laquelle nous avons apporté notre soutien, tout comme d’autres organisations et individus luttant pour le droit au logement. Cette occupation a donné lieu à une manifestation de voisins appelée par les propriétaires qui voulaient ainsi contourner les procédures habituelles d’expulsion pour récupérer au plus vite leur bien. Certains/certaines d’entre nous ayant assisté à cette manifestation, nous n’avons pas hésité à la qualifier de raciste, car les participants criaient de nombreux propos racistes et montraient une rage particulière du fait qu’il s’agissait d’une famille rom. Signalons que depuis, dans un article paru dans le Dauphiné le 26 septembre, les propriétaires de la maison ont reconnu que cette manifestation leur avait échappé, que des personnes qu’ils ne connaissaient pas y avaient participé et ont déclaré : « nous et nos voisins nous désolidarisons totalement des propos racistes ».

Suite aux articles du Dauphiné et à d’autres parus dans la presse nationale au sujet de la « manif de voisins » (également évoquée avec délectation sur plusieurs sites d’extrême-Courrierdroite), nous avons reçu sur notre blog une volée de critiques et d’insultes. Nous n’avons pas publié la plupart d’entre elles, d’une part parce que certaines n’étaient que des défoulements de bêtise raciste sans intérêt, d’autre part parce que nous souhaitions pouvoir répondre aux critiques mais avons reçu trop de messages pour pouvoir répondre au coup par coup.

En résumé, ces critiques sont essentiellement de deux ordres : d’une part, on nous reproche de ne nous soucier que des Roms, alors que de nombreuses personnes sont en difficulté en France. D’autre part, on nous reproche de privilégier le droit au logement des personnes à la rue par rapport au droit à la propriété privée des propriétaires fonciers.

Lire la suite

Pour un accueil digne et solidaire de tous les migrants

Grenoble, 10 octobre à partir de 10h au Jardin de Ville, puis départ en manif à 15h

Manifestation migrants Place de la République

L’émotion suscitée par la photo du corps d’un enfant Kurde Syrien sur le rivage turc, alors que sa famille tentait de rejoindre l’Europe par bateau, ne doit pas faire oublier les dizaines de milliers de migrants morts en mer ou sur terre depuis 2000. Un drame permanent généré par un état de guerre et de misère engendré en grande partie par des interventions guerrières des grandes puissances, leurs ventes massives d’armes, l’échange inégal imposé aux pays du Sud… Et par une Europe frileuse qui est plus tentée d’ériger des murs que des ponts…

Lire la suite