Article du Dauphiné Libéré© du 27/9/17

Publicités

Migrants de Valmy quand la soupe populaire tourne à la soupe à la grimace

REPORTAGE VIDÉO – La Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem) a organisé, ce vendredi 22 septembre, une soupe populaire en soutien aux migrants demandeurs d’asile qu’elle estime quotidiennement harcelés par la police. Le collectif revendique un acte de solidarité, tout autant que l’interpellation des institutions dont elle dénonce le « cynisme » et la « répression ».

Source : article Migrants de Valmy : quand la soupe populaire tourne à la soupe à la grimace | Place Gre’net – Place Gre’net

Contre les politiques de racialisation, reprenons l’initiative !

Nous reproduisons un appel contre les pratiques discriminatoires trouvé sur le site Les mots sont importants, dans lequel nous nous retrouvons entièrement. Il est accompagné d’une pétition.

Fruit d’un travail collectif, cet appel condamne les politiques de racialisation et appelle à une reprise collective de l’initiative, pour mener une campagne nationale contre la banalisation des pratiques discriminatoires touchant les Rroms comme les populations héritières de l’immigration postcoloniale ou de religion musulmane.

PHO3-263a6

Nous assistons actuellement à une régression idéologique : l’antiracisme se réduit trop souvent à un combat contre le racisme individuel à l’occasion de « dérapages » qui se multiplient effectivement. C’est minimiser la réalité du racisme systémique, c’est-à-dire, au-delà des idéologies racistes, des discriminations au quotidien, mais c’est aussi occulter le rôle du racisme institutionnel : le traitement étatique et municipal des populations rroms venues de Roumanie ou de Bulgarie, pays membres de l’Union européenne, en est l’illustration la plus brutale.

En France, depuis dix ans, des familles rroms ont subi une quinzaine d’expulsions qui les rejettent toujours davantage dans la misère la plus extrême. Les démantèlements à répétition de bidonvilles continuent sous François Hollande comme sous Nicolas Sarkozy, à la demande de municipalités de la majorité gouvernementale d’hier comme de celle d’aujourd’hui. Ce n’est que la partie la plus visible de pratiques non seulement scandaleuses, mais aussi illégales, qui se banalisent : refus de domiciliation au Centre communal d’action sociale (CCAS) ici, entraves à la scolarisation des enfants là, non-ramassage des ordures ménagères ici et là, etc. Il s’agit d’un processus massif de marginalisation, d’exclusion et de stigmatisation d’une population.

Lire la suite sur Les mots sont importants