RESF St-Egrève/SMLV : pas de familles à la rue, droit à un logement pérenne pour tous

Le 17 juin, ouvrons un squat !

Depuis plusieurs années, le collectif RESF de Saint-Égrève / Saint-Martin-le-Vinoux s’engage comme d’autres collectifs dans le combat pour obtenir des logements pour les familles des enfants scolarisés qui se retrouvent à la rue. Nous avons a plusieurs reprises été amenés à envisager l’ouverture de squat devant les situations intenables faites aux enfants ; ceci nous a amenés à travailler avec « La Patate Chaude et plus récemment avec le collectif « Hébergement-logement », considérant que sans leur engagement, beaucoup des familles que nous suivons n’auraient pas de toit.

Nous avons donc pensé que RESF se devait d’assumer l’ouverture de squats en son nom devant l’incurie des pouvoirs publics et l’hypocrisie qui règne en la matière, la fameuse patate chaude que les élus et pouvoirs publics se refilent sur fond de disette budgétaire

Nous dénonçons les politiques actuelles suivies par les différents gouvernements et les collectivités locales. Elles reposent toutes sur trois facteurs inacceptables car ils mènent à l’exclusion des plus pauvres dans la haine et la violence :

  • restriction budgétaire dans l’hébergement, le logement et la santé (AME) pour cause d’austérité,
  • théorie selon laquelle toute « ouverture favorable à l’accueil des migrants provoque un « appel d’air » de ces derniers.
  • soumission aux discours xénophobes ambiants.

On voit chaque jour les conséquences, de ces politiques désastreuses menées en France et en Europe :des morts naufragés en Méditerranée en passant par la fermeture du camp de Sangatte et les expulsions violentes sans vrais relogements dans nos villes.

Pour le RESF, il ne peut y avoir d’éducation sans un toit au préalable.

C’est pourquoi notre collectif s’est retrouvé le samedi 30 mai dernier aux cotés du collectif RESF Painlevé soutenu par La Patate chaude et Hébergement-logement pour ouvrir un squat à Grenoble dans une villa appartenant au CCAS de Grenoble afin d’y loger deux familles à la rue. Ce squat a été expulsé le jour même de façon violente par la police sur réquisition de l’adjoint au maire de Grenoble.

Devant la situation qui est faite à ces familles, les citoyennes et citoyens que nous sommes ne baisseront pas les bras. Non aux opérations d’expulsion fin juin ! Les pouvoirs publics et élus ne répondent pas aux besoins urgents et élémentaires. Ils gèrent la pénurie et certains se donnent bonne conscience en disant qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour trouver des solutions. Mais fin juin quand l’année scolaire se termine le bal nauséeux des expulsions commence !

A Saint-Martin-le-Vinoux, nous avons récemment rencontré le maire pour qu’il trouve un solution pérenne pour les familles qu’il a fait expulser il y a 3 ans alors que les enfants sont scolarisés sur sa commune. Les conditions de relogement en 2012 dans les algécos de Fontaine étaient scandaleuses. Ce « relogement » a duré 4 mois puis à nouveau des galères. Aujourd’hui ces familles vivent dans un squat à Fontaine squat ouvert par les habitants eux mêmes soutenus par les collectifs, mais le maire de Fontaine veut le fermer courant fin Juin début juillet.

Il n’y a aucune réponse concrète de la part des deux maires concernés, c’est pourquoi le RESF de Saint-Égrève/ Saint-Martin-le-Vinoux va ouvrir publiquement un squat sur saint Martin le Vinoux le mercredi 17 juin à 16 heures, au 2, rue du 26 mai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s