Réponse à un communiqué de la préfecture

Le 9 juillet, un article paraissait dans le Dauphiné Libéré, qui reprenait largement un communiqué de la préfecture de l’Isère.DL090714-1-communiqué préf

Dans celui-ci, cette dernière déclarait entre autres :

« Il n’est pas raisonnable de laisser croire aux intéressés qui n’ont pas toujours leur libre arbitre qu’il existerait en France un droit à l’hébergement gratuit sans limitation de durée ».

Estimant que les propos de la préfecture dans ce communiqué sont non seulement fallacieux, mais en plus donnent une image caricaturale des personnes hébergées qui ne peut qu’attiser la xénophobie grandissante en France, nous avons demandé au Dauphiné de publier une réponse que nous lui avons envoyée. Ce que le journal a fait :

DL130714-réponse PCh comuniqué préf

Si on peut remercier le Dauphiné d’avoir accédé à notre demande et publié notre réponse, on peut en revanche regretter que notre communiqué ait été largement saucissonné, laissant ainsi de côté quelques arguments essentiels. Il est vrai que le communiqué de la préfecture avait, lui aussi, été raccourci. Néanmoins, comme on peut le constater en observant les deux articles ci-dessus, l’article consacré au nôtre est singulièrement plus court que celui consacré à celui de la préfecture. Bref.

Voici donc ci-dessous l’intégralité de notre communiqué :

Dans un communiqué relayé dans ces colonnes le 9 juillet 2014 dans un article intitulé « La préfecture confirme la fermeture d’un centre d’hébergement à Grenoble », la préfecture de l’Isère déclarait : « Il n’est pas raisonnable de laisser croire aux intéressés (…) qu’il existerait en France un droit à l’hébergement gratuit sans limitation de durée ». En faisant une telle déclaration, la préfecture s’obstine à nier la loi qui oblige l’État à assurer sans condition l’hébergement de toute personne sans abri (article 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles).

De plus, dans cet article, elle dépeint à l’opinion publique des migrants délinquants qui profitent illicitement d’un hébergement gratuit au détriment du contribuable français. Nous, qui connaissons personnellement les personnes accueillies dans ce centre d’hébergement, affirmons qu’au contraire, celles-ci souffrent de devoir vivre dans ces conditions indignes, et ne souhaitent qu’une chose : pouvoir accéder à l’autonomie, c’est-à-dire à un travail, à un logement et à l’ensemble des droits qui leur permettraient de choisir par elles-mêmes leur lieu et leur mode de vie – tout ce que la préfecture de l’Isère leur refuse en n’officialisant pas leur présence en France.

Cette attitude et ce discours de la préfecture sont odieux. Ils contribuent à la désinformation qui favorise la montée de la xénophobie dans la société française. Nous osons espérer que les habitants de l’agglomération grenobloise n’en sont pas dupes.

Le collectif la Patate Chaude, le 10 juillet 2014

Une réflexion sur “Réponse à un communiqué de la préfecture

  1. LA PREFECTURE PERSISTE ET SIGNE
    Le préfet n’est pas le seul à ignorer le droit.
    C’est ainsi que le 24 juillet, lors du procès en vue de l’expulsion des habitants du centre Verlaine, on a pu entendre madame Esnault, secrétaire générale de la préfecture, déclarer que la Convention européenne des droits de l’Homme – article 8 plus précisément – ne s’appliquait pas aux étrangers en situation irrégulière !
    Le juge administratif, dans ses attendus, lui a fort heureusement donné une leçon de droit.
    Il n’empêche que ce genre de déclarations est d’autant plus révoltant qu’elles émanent de hauts fonctionnaires chargés de faire appliquer la loi, une loi que les services préfectoraux bafouent quotidiennement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s