Projections de films réalisés avec ou par des migrants

Moulissimo à l'entrée 2 du Domaine UniversitaireJeudi 6 juin, à 20h30 à Moulissimo, aura lieu la projection de films documentaires réalisés avec ou par des migrants et migrantes, dans lesquels ils évoquent les raisons pour lesquelles ils ont dû quitter leurs pays, les problèmes, notamment de logement, qu’ils rencontrent en France, ainsi que leurs rêves et leurs espoirs.

« Nous partageons une tranche de vie »
Film écrit et réalisé par un demandeur d’asile soudanais qui nous livre à travers son point de vue l’histoire des demandeurs d’asile du 22 rue des alpes. Il raconte l’histoire de son pays d’origine, les raisons qui l’ont obligé, comme nombre de ses compagnons, à le quitter, leur parcours pour arriver en France, et les galères qu’ils y ont connu, mais aussi les solidarités qui en sont nées.
Triptyque de l’association Images Solidaires
Trois films d’environ un quart d’heure chacun fait par des Roms roumains vivant sur l’agglomération grenobloise avec l’aide de l’association Images Solidaires. Le premier a été fait par des hommes, le second par des femmes, et le troisième par des adolescents. Ils et elles y parlent de leur vie en France, de leurs rêves, et vont à la rencontre de Français qu’ils interrogent sur leur vision des « Roumains »…
A Grenoble comme ailleurs en France, les migrant-e-s de toute nationalité continuent pour la plupart à être exclu-e-s et à vivre dans la précarité la plus totale. L’un des premiers problèmes auxquels ils sont confronté-e-s est celui du logement.

Venu-e-s de pays où ils subissent des persécutions, sont victimes de haine raciale ou souffrent des guerres et de la misère économique, ils sont contraint-e-s de vivre dehors dans des conditions extrêmes, y compris les enfants et les personnes malades, face au refus des autorités de débloquer leur situation administrative. La plupart du temps, il est par ailleurs impossible pour les autorités françaises de les renvoyer dans les pays d’où ils viennent, qui ne les acceptent pas. Ils sont donc condamné-e-s à continuer de survivre tant bien que mal en France, sans accès au travail ni au logement.

Des militant-e-s et des associations à Grenoble réagissent et essaient de trouver des solutions. Parfois, les migrant-e-s finissent par être accueilli-e-s dans des centres d’hébergement, sans avoir de perspective d’insertion à terme. Parfois, ils vivent sur des campements, dans des bidonvilles ou dans des bâtiments vides qu’ils occupent seul-e-s ou parfois avec l’aide de militant-e-s. Mais ces lieux de vie sont précaires, et sont régulièrement expulsés, condamnant inlassablement leurs occupant-e-s à trouver une nouvelle solution, généralement tout aussi précaire.

Moulissimo, c’est au 1, rue du Tour de l’Eau, sur le campus de Saint Martin d’HèresPlan accès à Moulissimo


Thursday, June 6 at 8:30 pm Moulissimo, there will be the screening of documentary films made by or with migrants, in which they talk about why they had to leave their countries, problems such as housing they encounter in France, as well as their dreams and hopes.

« We share a slice of life »
A Film written and directed by a Sudanese asylum seeker who gives us through his point of view the story of the asylum seekers from 22 rue des Alpes. It tells the story of his country of origin, the reasons that forced him, like many of his companions, to leave, to find their way to France, and the struggles they have experienced here, but also solidarities that were created.

Triptych of the Association “Images Solidaires”
Three films about a quarter of an hour each made by romanian Roma people living in the Grenoble area with the help of the association “Images Solidaires”. The first was made by men, another by women, and the third by teenagers. They talk about their lives in France, their dreams, and go the streets to meet French who they ask about their vision of the « Romanians »…

In Grenoble in France as elsewhere, the migrants of all nationalities for the mostpart continue to be excluded and so are obliged to live in the utmost poverty. One of the biggest problems they’re facing is housing.

Coming from countries where they face persecution, are victims of racial hatred or are suffering from war and economic misery, they are forced to live outside in extreme conditions, including the children and the sick, facing the authorities’ refusal to unblock their administrative status. Most of the time, it is also impossible for the French authorities to return them to the country where they come from, which don’t accept them . So they are condemned to continue to survive somehow in France, without access to employment or housing.

Activists and organizations in Grenoble react to find solutions. Sometimes they end up being hosted in accomodation centres with no long term solution proposed . Sometimes they live in camps or in shantytowns or in empty buildings they occupy by themselves-or sometimes with the help of activists. But these places are primitive, and they are regularly evicted, condemning their occupants tirelessly to find a new solution, usually just as precarious.

Moulissimo is at 1, rue du Tour de l’Eau, in Saint Martin d’Hères

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s