Fin du dispositif d’hébergement hivernal

Camp de Fontaine (photo DL)Si la plupart des structures d’hébergement hivernal sont restées ouvertes au-delà du 31 mars cette année, les fermetures/transferts/déplacements ont commencé, avec leur corollaire de mises à la rue sans solution. Nous dressons ici un état des lieux à partir des informations dont nous disposons. Nous ne savons certainement pas tout, et les situations évoluent vite.

Le camp d’Algecos de La Tronche a fermé la semaine passée. Dès la fin de la semaine, les Algecos avaient été enlevés. Les 26 personnes qui les occupaient (adultes et enfants) ont été logées au foyer de la rue Jules Vallès et au camp d’Algecos du tènement ex-Allibert, à Grenoble (qui finira sans doute par fermer aussi…)

Les hébergé-e-s du gymnase du Vieux Temple subissent des pressions qui visent à leur faire quitter les lieux d’eux-mêmes, ce qui a l’avantage d’éviter de devoir leur trouver une solution d’hébergement. Pour les dissuader de rester, depuis la semaine passée, tout le monde est mis dehors le matin à 8h et les portes ne rouvrent que le soir, à 18h30. Le gymnase pourrait bien fermer purement et simplement dans les jours qui viennent.

A Grenoble, plusieurs familles, notamment bulgares et macédoniennes, dorment actuellement sous tente. Elles n’ont pas été « sorties » du dispositif hivernal, où elles n’ont jamais eu de place. Mais avec l’arrivée du Printemps et la fermeture progressive des lieux d’hébergement, elles n’ont plus guère de chance d’y entrer…
Des familles roumaines, dont certain-e-s ancien-ne-s occupant-e-s du camp de La Tronche, s’abritent quant à elles dans un bâtiment désaffecté sordide. Il y a une dizaine d’adultes, dont une jeune femme qui a un enfant de 4 ans.

D’autres personnes, d’origine kosovar, logent dans des caravanes données par une association. Ils sont très gênés par la présence de nombreux rats dans le lieu qu’ils occupent, et aimeraient pouvoir installer leurs caravanes ailleurs.

Et pendant ce temps, les camps d’Algecos continuent d’être vidés. Aujourd’hui, c’était le tour de celui de Fontaine. Les familles avec enfants sont dirigées vers le foyer rue Jules Vallès ou le centre d’hébergement Mimosa, rue Verlaine, qui, lui, ne va pas fermer, mais devrait servir de lieu d’hébergement temporaire. Les isolés et les couples sans enfants devraient être envoyés à l’Isle d’Abeau dans une ancienne résidence étudiante désaffectée. La famille qui avait été déplacée du foyer de la rue Jules Vallès au centre de Domène, puis récemment au camp d’Algecos de Fontaine juste avant qu’il soit fermé, appréciera sans doute ce 3ème déplacement de l’année scolaire. Sans oublier les deux familles déjà mises dehors du camp avant même son évacuation, et à qui aucune autre solution n’a été proposée…

Et rappelons que la trentaine de réfugiés qui squattent, faute d’avoir été hébergés, une résidence du CROUS au Village Olympique avec le soutien des militant-e-s du « réseau du 22 », sont expulsables depuis le 12 avril, et pourraient donc être mis à la rue du jour au lendemain.

La Patate Chaude, le mardi 16 avril 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s