Lettre ouverte au maire de St Martin-le-Vinoux

Enfants du camp de Saint Martin Le Vinoux-Mai2011Monsieur le Maire,

Nous connaissons bien et nous soutenons les familles qui vous demandent aujourd’hui d’intervenir, ceci afin de leur permettre de ne plus vivre dans les ordures, et sachant qu’en tant que Maire vous êtes responsable de l’hygiène et de la salubrité sur votre commune.

Plusieurs membres de notre collectif viennent régulièrement sur le campement qui se trouve au pied de la Casamaures depuis que des familles, après avoir été expulsées à plusieurs reprises de leurs lieux d’habitat précédents, y sont arrivées durant l’été 2010. Sur ce terrain déjà occupé auparavant, elles se sont installées dans le plus grand dénuement, sans eau, ni électricité, ni chauffage, et ont mis plusieurs mois à se fabriquer à partir de matériaux de récupération des cabanes où vivre. Il va sans dire qu’à cette époque, l’organisation de la survie était la priorité pour ces personnes qui vivaient au quotidien avec la crainte d’agressions et dans la nécessité de subvenir à leurs besoins élémentaires. On ne peut pas dire que leur situation matérielle ait beaucoup évolué, si ce n’est que leur travail d’amélioration de leur habitat, même précaire, leur a permis de s’organiser sur le terrain. C’est cette relative stabilisation qui permet aujourd’hui aux familles d’exprimer leur besoin de vivre dans un environnement plus sain. C’est cependant loin d’être le cas, entre la proximité de l’A 48, des berges de l’Isère, avec les rats et les moustiques, un tas d’ordures au fond du terrain, et le « manque de tout » en termes de besoins élémentaires.

Cabanes à SMLV en mai 2011Les parents s’inquiètent pour la santé de leurs enfants, et on peut les comprendre. Tout est vite compliqué : aussi bien avoir de l’eau, qu’il faut aller chercher à la pompe avec des bidons, que se chauffer, car cela demande de ramener à pied du centre-ville les palettes de bois trouvées dans les rues. Avec de telles conditions de vie, sans toilettes ni douche, parvenir à assurer l’hygiène de ses enfants et à préserver leur santé relève du parcours du combattant : il faut se rendre dans des associations comme Point d’Eau pour se laver et faire des machines à laver. Nous sommes aussi inquiets pour la santé des personnes adultes ; beaucoup ont des troubles de santé probablement liés à la fois à leur précarité matérielle et à l’insécurité de la vie à la rue, qui est psychiquement et physiquement épuisante. Force est de constater que malgré cela, les parents font de leur mieux pour préserver leurs enfants, qui ont gardé la joie et le goût du jeu propres à leur âge. Ils veillent à leur scolarisation et font des démarches régulières par rapport à leur santé (inscription à l’AME, rendez-vous médicaux, etc). Il est important d’entendre leur demande de vivre dans un environnement humainement possible.

Cabanes à SMLV sous les maisons achetées par le CGIConcernant l’objet du courrier qu’ils ont rédigé à votre intention, sachez que les familles nous ont sollicité à plusieurs reprises pour faire disparaître le tas d’ordures qui se trouve au fond du terrain. Elles nous ont demandé plusieurs fois de leur fournir des sacs pour cela. Mais en l’absence de moyens de protection adaptés, et d’un véhicule adéquat pour évacuer les déchets, nous avons refusé de nous lancer dans cette démarche. Nous avons donc contacté votre mairie, et c’est Mme A. qui – étant dans l’impossibilité d’intervenir directement – nous a conseillé de nous tourner vers vous. C’est avec l’aide d’une traductrice que les habitants du terrain ont pu exprimer leur point de vue et leur demande à votre égard.

Nous savons que la mairie est déjà intervenue pour enlever une partie des objets et déchets encombrant le terrain. Même si le terrain est privé, il est de votre compétence de veiller à l’hygiène et à la salubrité sur votre commune. Un  dispositif simple permettrait rapidement de faire disparaître les déchets du fond du terrain, et l’opération n’aurait a priori pas à se renouveler, puisque pour le quotidien, le système de ramassage des ordures convient aux familles. Nous souhaitons aussi qu’un service de dératisation intervienne sur cette zone.

Nous soutenons donc la demande d’intervention des habitants du campement, et nous espérons que leur implication puisse apaiser l’image trop souvent négative dont ils font malheureusement les frais.

Nous espérons que vous saurez entendre cette demande légitime des habitants du campement afin de leur permettre d’avoir l’hygiène qu’ils demandent.

Soyez assurés, Monsieur le Maire, de notre solidarité active avec les plus démunis.

Le collectif de la Patate Chaude, 20 avril 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s