Témoignage d’une militante des droits humains

Roms dans l'erranceCe soir, pour aider Me Pierrot qui perd les derniers référés hébergement suite à l’ouverture du hangar se situant rue Prosper Mérimée, je me suis rendue là-bas accompagnée de bénévoles de l’ADA, pour prendre des photos des lieux afin de constater l’insalubrité des locaux. Leur gestion a été confiée par la préfecture à une association, l’AREPI, et appartiennent à la mairie de Grenoble.

Nous sommes arrivés à 18h15, le local devant ouvrir entre 18h et 18h30. Nous avons retrouvé les président(e)s du Secours Catholique et de Médecins Du Monde, qui voulaient vérifier comment ça se déroulait ce soir, car la veille, il y avait trop de monde : 98 personnes pour 55 places. Du coup, toutes les associations s’étaient mobilisées pour trouver des matelas en urgence. Au niveau des toilettes, il y en a 2. Au niveau de l’insalubrité, les taches d’huile sont nettoyées.

A noter qu’au Tribunal Administratif mardi 1er mars, la Préfecture a dit que Prosper Mérimée n’est pas rempli, donc peu de chance de gagner pour le demandeur d’asile (DA).

Devant le hangar, une quarantaine de personnes, beaucoup d’enfants, et 2 vigiles qui attendaient. Le local était fermé. Les DA ont discuté avec nous et nous ont dit que demain, ils resteraient dans le hangar et refuseraient de partir à 8h. Nous leur avons dit que nous serons là pour témoigner.

Un membre de La Patate Chaude est arrivé. Nous avons attendu jusqu’à 19h que le gestionnaire du local arrive. Il avait une liste de noms de DA donnée par la Préf. Il a commencé à faire l’appel. Les personnes se pressaient autour de lui qui était encadré par les 2 vigiles. Certaines familles sont rentrées, certains noms étaient inconnus de tous. Il y avait un DA qui parlait français. Il a traduit ce qu’a dit le directeur de l’Arépi : « tout le monde rentrera, calmez-vous ». La liste des noms était finie et le directeur a demandé aux enfants avec leur mère de rentrer. C’était dur d’entrer pour eux car tout le monde se pressait devant la porte. Et nous avons attendu. Une trentaine de personnes étaient encore dehors dont des adolescents et des personnes âgées.

Des personnes qui avaient dormi la veille dans le local avaient eu l’autorisation de laisser leurs affaires. Certaines de ces personnes étaient dehors ce soir.

Ensuite, le directeur de l’Arépi a dit qu’il ne pouvait plus faire entrer personne. Quand l’interprète a parlé, tout le monde a protesté. Cela faisait 2 heures qu’ils attendaient dans le froid. Une demi-heure a passé. La Police est arrivée, une voiture d’abord, une autre 10 minutes après. Quand nous les avons pris en photo, ils ont dit qu’on avait pas le droit. Ils sont sortis de leurs voitures, sont restés 20 minutes, et sont repartis. Un voisin est venu car trop de bruit. Les assoces. sont allées lui parler. Le SAMU est venu prendre une femme qui avait été heurtée par la porte du hangar qu’un des 2 vigiles, énervé, avait ouverte violemment.
Le directeur de l’Arépi est sorti. Nous avons discuté avec lui : il nous a dit qu’il n’ouvrirait plus le hangar. Il y a passé la nuit dernière, le matin, il était à la Préfecture pour voir comment s’organiser, la Préfecture lui a dit qu’il ne devait prendre que 55 personnes et c’est tout. Quand il a demandé ce qui se passait pour ceux qui restaient dehors, on lui a dit que déjà elle avait ouvert 700 places pour le dispositif hivernal et qu’elle ne pouvait faire plus. Ce soir, il essayait de joindre la Préfecture, sans succés. Il est responsable de tout s’il se passe quoi que ce soit, donc, il préfère fermer plutôt que ça se passe comme ça tous les soirs.

Nous sommes restés encore une demi-heure. Petit-à-petit, les personnes arrivaient à récupérer leurs affaires pour ceux qui n’étaient pas rentrés.

A noter que dans ces familles, il y avait la famille S., qui a gagné au Tribunal, qui a enjoint la Préfecture de lui trouver un logement dans les 24 heures…. le 3 février dernier, il y a tout juste un mois ! Il y avait aussi un couple de plus de 50 ans dont les 3 enfants sont à l’hôpital et qui essayaient depuis 9 jours de rentrer à la Préfecture pour s’enregistrer en tant que DA.

Ensuite, le propriétaire a dit qu’il pouvait aller jusqu’à 60 personnes. Mais les personnes commençaient à en avoir marre et une femme dehors s’est énervée : puisque les femmes et les enfants ne pouvaient être avec leur mari ou père, tout le monde devrait sortir ! Puis, petit-à-petit, ils ont pris leurs affaires et sont partis, enroulés dans des couvertures. Ils se dirigeaient vers un parc rue de Stalingrad… près du parc de l’Alliance, en face d’un camion de pizzas. C’est là où la veille, quand ils avaient étaient amenés du Parc J. Macé au hangar, leurs affaires, tentes, vêtements, couvertures, médicaments, avaient été « bennées ». Quelques tentes étaient installées.
Au niveau orgas, il restait La Patate Chaude.
Puis nous avons vu, peu à peu, des personnes arriver avec des matelas et couvertures. C’était les femmes et enfants qui venaient rejoindre leurs familles. Puis des familles entières sont arrivées. Nous avions appelé le 115 auparavant qui nous avaient dit qu’il nous envoyaient la maraude (Croix-Rouge, Vinci). Ils ont allumé un feu et nous sommes restés un moment avec eux.

Nous sommes repassés au hangar : il ne restait que quelques familles, dont une dont la femme est enceinte de huit mois et 2 enfants en bas-âge. L’homme était embêté de ne pas rejoindre les autres mais il devait penser à sa famille.

Nous sommes repassés au parc en partant et la Croix-Rouge et Vinci étaient là.

Il était 22 heures, il faisait 6°.

Advertisements

Une réflexion sur “Témoignage d’une militante des droits humains

  1. (re)Bonjour, je trouver assez moche d’écrire « DA » pour les demandeurs d’asile, je trouve que ça les « déshumanise ». Si c’est trop long à taper faisons du copier-coller.
    Bon courage à vous (et à eux) en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s