Occupation de la maison de Saint-Martin-le-Vinoux

Maison occupée à Saint Martin Le Vinoux

Depuis des mois, diverses organisations, relayées par le collectif Solidarité Roms depuis sa création, ont interpellé les autorités publiques sur l’urgence de trouver des solutions d’hébergement et de logement pour les personnes en situation de précarité qui se retrouvent à la rue dans l’agglomération grenobloise, et notamment pour les Roms, minorité particulièrement stigmatisée et précarisée ces derniers mois par le gouvernement français.

Devant l’absence de réponse rapide et adaptée, le collectif a décidé d’occuper le 22 octobre une maison appartenant au Conseil général de l’Isère située à Saint-Martin-le-Vinoux*. L’objectif de cette action était à la fois de loger des familles Roms vivant dans des conditions extrêmement difficiles sur un campement de fortune situé sur la même commune, et de faire pression sur les pouvoirs publics sur ces thèmes de l’hébergement d’urgence et du logement. La maison a donc été investie par des membres du collectif et des organisations – le Centre d’Information Inter-Peuples, le collectif Défends-toit et l’association Droit au logement (DAL), qui ont révélé le 25 octobre leur présence dans les lieux, devenu légalement le domicile des individus qui l’occupaient alors.

 

Le Conseil Général a immédiatement fait savoir par voie de presse que cette maison devait faire l’objet d’un conventionnement avec l’association Un toit pour tous afin d’y loger des personnes sans abri. Le 26 octobre, une rencontre a eu lieu au Conseil Général entre des membres du collectif Solidarités Roms, une représentante d’Un toit pour tous et des représentants du Conseil Général, à savoir José Arias, vice-président de l’hébergement et de l’insertion, la directrice des affaires sociales, ainsi que la directrice de l’hébergement et du fonds de solidarité logement. Ces dernier(e)s ont affirmé qu’il était prévu que la maison soit mise à disposition le 1er novembre, ajoutant que tout compte fait, elle le serait 72h plus tôt (soit le 29 octobre). Par ailleurs, M. Arias a déclaré avoir demandé le 19 octobre au préfet de l’Isère de réquisitionner des logements vides.

Le collectif Solidarité Roms s’est déclaré satisfait des engagements de José Arias, et a accepté de quitter la maison de Saint-Martin-le-Vinoux sous les conditions suivantes :

  • Attribution des 6 maisons du conseil général, situées à St Martin le Vinoux et acquises lors du projet de construction de la Rocade Nord, réparties comme suit avant le 25 Décembre 2010

o   3 maisons pour le personnel du conseil général en situation de grande précarité

o   2 maisons pour les personnes sortant du centre d’accueil municipal

o   1 maison pour les Roms

  • Engagement écrit et rendu public à faire pression sur le Préfet de l’Isère pour que la population Rom du département soit inscrite dans le dispositif hivernal, dès cet hiver 2010-2011
  • Engagement à n’exercer aucune poursuite judiciaire contre les occupants de la maison située au 10 impasse de la LibérationàSaint-Martin-le-Vinoux

Autrement dit, à peu de choses près, le collectif demandait au CG de tenir les promesses faites lors de la rencontre du 26 octobre. Eu égard la situation d’urgence dans laquelle se trouvent des centaines de personnes dans l’agglomération grenobloise, ces conditions ne semblaient pas excessives. Sans réponse du Conseil Général, le 30 octobre (le lendemain du jour prévu d’entrée dans les lieux de personnes sans abri), le collectif publiait un communiqué dans lequel il attirait l’attention sur le fait qu’aucune convention n’avait encore été signée avec Un toit pour tous. Sans l’occupation, la maison aurait encore été vide.

Las d’attendre une hypothétique réponse du Conseil Général à ses revendications, et faute d’autre solution, le 8 novembre, le collectif a installé des Roms du campement de Saint-Martin-le-Vinoux dans la maison qu’il leur destinait depuis le départ. Le jeudi 11 novembre, un goûter de quartier organisé par les nouveaux habitants et le collectif a réuni soutiens et amis.  Nous remerçions de leur présence et de leur ouverture les voisins et voisines saint-martiniers et saint-martinières y compris nouvellement installé-e-s en espérant d’autres occasions heureuses comme une ou des pendaisons de crémaillères à fêter !

Le collectif Solidarité Roms répète qu’il est inacceptable que des bâtiments ou des logements soient laissés vacants alors que des centaines de personnes sont à la rue. Une solution adaptée est possible pour tous. La situation actuelle constitue à nos yeux une urgence suffisante pour justifier l’application de la loi de réquisition.

*  Le collectif comptant sur le fait que lorsque André Vallini, président du Conseil général de l’Isère, a déclaré : « quand je sais qu’il y a, dans ce campement, des femmes enceintes et des nourrissons qui n’auront plus de toit, qu’est-ce que je dois faire ? Je ne dois pas les aider ? », il ne s’agissait pas de vaines paroles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s