Occupation illicite du domaine universitaire, la ville de Saint-Martin d’Hères ne vous dit pas tout

Campement au Campus

Campement au Campus

Si des personnes ont improvisé un campement sur l’entrée N°1 du campus, c’est parce qu’elles ont été chassées de la ZAC Neyrpic par Territoires 38, le gestionnaire de la ZAC qui obéit ainsi aux instructions de la ville. Leurs cabanes et caravanes ont été systématiquement détruites par une pelle mécanique envoyée par le préfet pour les rendre inutilisables.
Les roms ne sachant pas où aller ont choisi la proximité des pelouses du campus. Des bénévoles leur ont apporté des tentes pour que ces familles avec femmes, enfants, bébés puissent s’abriter des intempéries qui ont été particulièrement fréquentes tout ce mois de juin.
Evidemment quand la police détruit un campement rien n’est prévu pour héberger les gens le soir, ni même les jours suivants.
Si la ville trouve les conditions d’hygiène et d’insalubrité inacceptables, elle peut très bien disposer provisoirement un container à poubelles et des toilettes chimiques. Elle avait refusé de le faire sur le camp de la ZAC Neyrpic.
La ville ainsi que le CCAS ont été alertés le jour même de l’expulsion, le 7 juin ainsi que de la situation humanitaire préoccupante qui en découle, mais ils n’ont pas bougé.
Il y a un an le 7 juillet 2011, des habitants du camp des glairons étaient venus à la séance du conseil municipal demander au maire un terrain viabilisé pour leur petit groupe, quitte à payer pour les charges d’eau et d’électricité. A ce jour il n’y a aucune réponse.
Les destructions à répétition des camps roms ne font qu’aggraver la pauvreté, retardent les processus d’insertion et sont une honte pour les politiciens qui les commandent, les encouragent ou s’en rendent complice.
Les politiques européennes d’insertion doivent se traduire en pratique là où des migrants veulent s’installer, trouver un logement, scolariser leurs enfants, exercer un emploi. La ville, le conseil général, la métro peuvent et doivent y prendre part.
C’est à croire que St Martin d’Hères ne fait pas partie de l’Europe et que la ville n’a pas su tirer les enseignements de la résistance dont le souvenir est si souvent rappelé dans la cité martinéroise.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s